Les acteurs de terrains qui souhaitent bâtir de manière responsable un enseignement d’occitan cohérent sur tout le département de la Dordogne se sentent aujourd’hui floués par le Rectorat et réitèrent leur demande de voir s’appliquer la convention Rectorat-Région qui a suscité tant d’espoir.

Un comité pour l'occitan à l'école a vu le jour, rejoignez le.

Les associations, artistes et syndicats signataires sont à ce jour les suivants :

Associations signataires
Lo Bornat dau Peirigòrd / Novelum – IEO Perigòrd / l'ASCO – Sarlat / Las bonas lengas – Daglan / Oc Bi – Aquitaine / Los gentes goiats dau Peirigòrd/ L'Union Occitana Camilha Chabaneu / PNR Périgord Limousin / cercl'òc / Lilôthéatre / Las 'Belhas de Brageirac / L'Association "Mémoire et Traditions en Périgord" / Institut d'Etudes Occitanes de la Vienne / Club de Langues Régionales / Tradigordines / Foyer Laïque de Brantôme /Los Gitols / Article 19 / CREO Aquitaine / Le Tricycle enchanté / Prod'Oc e la Compagnie des arts modestes / Les Rencontres d'Hortus en Sylve / Mantenença Guiena-Perigord dau Felibrige /

Artistes périgourdins
Maurice Moncozet / Patrick Salinié / Jean Bonnefon / Daniel Chavaroche / Joan Pau Verdier / Laurent Labadie / Sylvain Roux / Yannick Guédec / Monique Burg / Monsieur Puzzle / Los Zinzonaires/ Trad'Oc / Sono Loco/ Odette Marcillaud / Jacques Saraben …

Syndicat
Snes Dordogne

mercredi 15 octobre 2014

L'enseignement de l'occitan a VAP


VIURE AL PAíS-

DIMANCHE 12 octobre 2014 – 11h25

Le nouveau VAP est arrivé !
Une émission présentée par Benoît Roux

RETRACH : Alain Pierre, l’occitan de Pelagrua
De Denis Salles et Ludovic Cagnato

Dans les années 70, rien ne semblait vouer Alain Pierre à devenir professeur d'occitan. Le jeune homme enseignait en effet à Montréal, au Canada. Et pourtant, depuis, il s'est installé à Pellegrue, en Gironde, petite ville de l'entre deux-mer qu'il n'a plus quittée. Véritable passionné de la langue et de la culture, il a multiplié les projets et les initiatives, de l'organisation d'un carnaval à celle d'une crèche vivante...

RETRACH : Tonton Peyrouny
De Denis Salles et Pascal Lecuyer

Portrait d'un professeur périgourdin pas comme les autres. Martial Peyrouny enseigne l'occitan à Brantôme et à Périgueux. Ses élèves, des collégiens et des lycéens, bénéficient de ses méthodes d'enseignement laissant la part belle à la culture. Mais Martial Peyrouny est aussi connu en Périgord en tant que co-animateur de l'émission "Meitat chen, Meitat pòrc", un véritable succès de France Bleu Périgord : l'émission rassemble entre 30 000 et 40 000 auditeurs chaque dimanche…

video
MUSICA : Chin na na poun
D’Eliane Tourtet et Laurent Corsi

Chin Na Na Poun est la traduction provençale de « zim boum boum » – référence à la passion de Victor Gélu, poète majeur de la culture populaire marseillaise, pour les fanfares, flonflons et musiques de cabaret. Au départ, il y avait pour Patrick Vaillant (mandoline, « Melonius Quartet »), Daniel Malavergne (tuba, « Auprès de ma blonde ») et Manu Théron (voix, « Còr de la Plana »), un engouement pour les cançons tout à fait singulières de Victor Gélu. Ce trio s’était donc attaqué à ce répertoire avec un esprit frondeur, entre mélodrame et farce. Plus tard, leur répertoire s’est enrichi de compositions ou d’emprunts à diverses musiques populaires, sicilienne, napolitaine, sévillane ou même française ! Pour donner une pertinence à cette diversité, chaque membre du trio distille ses ingrédients, l’unité se faisant dans le goût partagé pour la mélodie populaire.

MUSICA : « Nuèch Rodanesa » de Luc Aussibal enregistré cet été à l’Estivada

RETROUVEZ VIURE AL PAIS SUR
LE SITE INTERNET de France 3 Midi-Pyrénées
Et sur le blog de l’occitan : http://blog.france3.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/

Intervention du Sénateur Bérit Débat en faveur de l'option de langue pour les classes STMG


mercredi 1 octobre 2014

Effectifs des élèves d'occitan en Dordogne dans le second degré


Effectifs d’occitan : 534
Établissements de Dordogne du 2° degré à la rentrée 2014
 
Total Lycée : 122
(105 élèves en 2012/2013)
(142 élèves en 2008/2009 )
 
Total collège : 412
(400 élèves en 2012/2013)
(287 élèves en 2008/2009)
 
Cité scolaire Girault de Bornelh d’Excideuil
(Jean louis Latour)

Collège : 41 (classa de 6° )- 39 (5° )- 42 (4°) -39 (3° ) : donc 161 élèves en occitan
Lycée :  13 en seconde, 9 en première , 14 en terminale : donc 36 élèves en occitan
-----------------------------------------------------

Cité scolaire Arnaud Daniel de Ribérac
 (Sandrine Salles-Gailhard)

Collège : -8- (classa de 6° )- -18- (5° / 4° /3°) : donc -26- élèves
Lycée : - 11 en classe de seconde et  première - 28- en terminale : donc ---39--élèves
-----------------------------------------------------

Cité scolaire Bertran de Born de Périgueux
(Martial Peyrouny)

Collège : 37 (classa de 6° )- 34 (5° )- 19 (4°) – 15 (3° ) : donc 105 élèves en occitan
Lycée :  27 en seconde, 9 en première , 11 en terminale : donc 47 élèves en occitan
-------------------------------------------------------
 
Collège C. de Gaule de La Coquille
(Philippe Christophe)

 Collège : 10 (classa de 6° )- 17 (5° )- 11 (4°) – 11 (3° ) : donc 49 élèves en occitan
 -----------------------------------------------------
Collège de Neuvic
(Sandrine Salles-Gailhard) ) 

Collège : classes de 6° et 5° en entière par trimestre, soit 50 élèves sensibilisés par trimestre

-------------------------------------------------------

Collège Aliénor de Brantôme
(Martial Peyrouny)

Collège : 22 (classa de 6° ), 21 (5°) , 18 (4°)   : donc 61 élèves en occitan
-----------------------------------------------------

Collège La Boétie de Sarlat
1° année d’ouverture réelle
(Mathias Erard)

Collège : 10 (classa de 6° ),
----------------------------------------------------- 

Les perspectives :

  1. Nous espérons qu’il y a aura une réponse favorable à la demande d’ouverture au collège de Tocane.
 Le professeur actuel du collège C.de Gaule de la Coquille ses effectifs.
    1. Il faudrait mettre en place une stratégie qui permette l’ouverture d’une filière digne de ce nom dans ce collège (2h/semaine par niveau à minima) et réussir enfin à installer un professeur qui reste et développe l’occitan entre La Coquille.
  1. Nous nous sommes engagés à rouvrir l’option occitan au lycée A.Dussolier de Nontron afin de permettre la continuité des élèves de Brantôme et de La Coquille. Il est essentiel de mettre en œuvre cette promesse pour la rentrée 2016 !
  2. L’accueil des Calandrons à Bertran de Born ainsi que l’ensemble de la filière occitan au sein de l’établissement.
    1. Il faudrait dans un futur proche l’ouverture de classes bilingues en occitan dans les écoles primaires publiques du secteur de Bertran de Born afin de renforcer en élèves la venue des calandrons et cela dans l’hypothèse crédible de la mise en place d’une section bilingue occitan au collège. Périgueux est un bassin d’enseignement qui peut accueillir en plus d’une calandreta, une classe bilingue publique.
    2. L’augmentation du nombre d’élèves à Bertran de Born et à Aliénor oblige le professeur à effectuer son service en heures supplémentaires et réduire le temps d’enseignement pour les élèves de 6° et 5° de Bertran de Born. Il est temps d’ouvrir au moins un demi-poste d’occitan, voir un poste complet dans la perspective d’une ouverture prochaine demandée au collège Montaigne de Périgueux.

  1. A Sarlat la classe de 6° au collège La Boétie vient enfin d’être ouverte à cette rentrée mais cela se fait grâce à un jeune professeur sous contrat (en licence d’occitan à Toulouse). Nous espérons que madame Cyriel Defert, titulaire d’un master d’enseignement en oc et ayant eu le CAPET, actuellement en poste dans l’Académie de Toulouse pourra à la fois changer de corps pour passer dans celui de certifiés d’occitan et ainsi intégrer la Dordogne pour prendre le poste de La Boétie (colège et lycée). Ce jeune professeur dynamique qui fera son poste à Saralt et pourra également répondre à d’autres demandes d’ouvertures comme au collège de Vergt, par exemple ou aux collèges de Terrasson ou de Montignac.

  1. Dans la logique de ZAP et de respect de la continuité pédagogique ouvrir l’option dans les collèges de Vergt, Sarlat et Piegut Pluviers et au lycée de Nontron.
    1. Le collège de Vergt montre depuis plusieurs années une forte volonté de voir ouvrir l’option occitan au sein de l’établissement. Le secteur associatif est très dynamique dans l’environnement proche du collège. De plus il existe une continuité pédagogique au lycée Bertran de Born, lycée de secteur.
    2. Le collège de Piégut, suite à la Félibrée souhaite bénéficier, comme les collèges de La Coquille et Brantôme d’un enseignement d’occitan. Le secteur est très porteur avec des associations dynamiques et un PNR plus que favorable à l’utilisation de la langue d’oc comme facteur de socialisation et développement économique et culturel. Cette ouverture permettrait de fait de renforcer les effectifs de l’option d’occitan au lycée de Nontron.
    3. Le lycée de Nontron a vu son option d’occitan fermée à la suite du départ à la retraite du regretté M.Fave. Aujourd’hui il semble intéressant à plus d’un titre de rouvrir l’option dans cet établissement. Les élèves du secteur venus de La Coquille et Brantôme pourront valoriser au baccalauréat l’enseignement qu’ils auront suivi en collège. C’est également une façon de maintenir en lycée de campagne des élèves qui par manque d’options choisissent des établissements de Périgueux plutôt que le lycée de Nontron. Enfin, avec cette réouverture, ce sont tous les enfants du nord de la Dordogne qui auront la possibilité de choisir l’occitan comme enseignement de langue pour le baccalauréat.
-------------------------------------

 Le problème du lycée :

 1.      La réforme des lycée a mis en place de nombreuses heures supplémentaires pour les élèves qui sont chronophages dans l’emploi du temps de l’élève (le bilan n’est pas à faire en ce lieu mais il faudrait se pencher sur ce problème)

2.      Les élèves des sections STMG sont discriminés car ils ne peuvent pas évaluer au Bac des langues qu’ils apprennent parfois depuis la 6° (c’est le cas en occitan à Périgueux, mais également à Ribérac et Excideuil), voir depuis la maternelle pour les élèves de classes bilingues. C’est discriminant et ridicule. Ces élèves se destinant au tertiaire ils seront plus amenés que d’autres à utiliser leurs connaissances en occitan.

3.      Alors que le latin et le grec sont coefficient 3 en option facultative, les langues régionales restent à 2 comme les autres langues. Il serait bonifiant et valorisant dans l’optique de garder nos élèves entre la 3° et la 2° de mettre à égalité ces matière. Le coefficient 3 pour la latin et le grec avait été mis en place par le ministre Darcos (agrégé de lettres) afin de sauver la matière pourquoi ne pas employer le même argumentaire pour les langues régionales qui ont tant besoin d’être soutenues

4.      Aujourd’hui, alors que le nombre d’élèves en collège continue à augmenter nous voyons une diminution en lycée. Sans être encore critique cette situation demande une réaction et la mise en place de stratégie efficientes afin que nous n’ayons plus cette déperdition entre le collège et le lycée futur vivier de locuteurs.

 

 

l'enseignement de l'occitan à l'honneur dans l'émission Viure al País


VIURE AL PAíS-

DIMANCHE 12 octobre 2014 – 11h25


Le nouveau VAP est arrivé !


Une émission présentée par Benoît Roux


RETRACH : Alain Pierre, l’occitan de Pelagrua

De Denis Salles et Ludovic Cagnato

Dans les années 70, rien ne semblait vouer Alain Pierre à devenir professeur d'occitan. Le jeune homme enseignait en effet à Montréal, au Canada. Et pourtant, depuis, il s'est installé à Pellegrue, en Gironde, petite ville de l'entre deux-mer qu'il n'a plus quittée. Véritable passionné de la langue et de la culture, il a multiplié les projets et les initiatives, de l'organisation d'un carnaval à celle d'une crèche vivante...

RETRACH : Tonton Peyrouny

De Denis Salles et Pascal Lecuyer

Portrait d'un professeur périgourdin pas comme les autres. Martial Peyrouny enseigne l'occitan à Brantôme et à Périgueux. Ses élèves, des collégiens et des lycéens, bénéficient de ses méthodes d'enseignement laissant la part belle à la culture. Mais Martial Peyrouny est aussi connu en Périgord en tant que co-animateur de l'émission "Meitat chen, Meitat pòrc", un véritable succès de France Bleu Périgord : l'émission rassemble entre 30 000 et 40 000 auditeurs chaque dimanche…

MUSICA : Chin na na poun

D’Eliane Tourtet et Laurent Corsi

Chin Na Na Poun est la traduction provençale de « zim boum boum » – référence à la passion de Victor Gélu, poète majeur de la culture populaire marseillaise, pour les fanfares, flonflons et musiques de cabaret. Au départ, il y avait pour Patrick Vaillant (mandoline, « Melonius Quartet »), Daniel Malavergne (tuba, « Auprès de ma blonde ») et Manu Théron (voix, « Còr de la Plana »), un engouement pour les cançons tout à fait singulières de Victor Gélu. Ce trio s’était donc attaqué à ce répertoire avec un esprit frondeur, entre mélodrame et farce. Plus tard, leur répertoire s’est enrichi de compositions ou d’emprunts à diverses musiques populaires, sicilienne, napolitaine, sévillane ou même française ! Pour donner une pertinence à cette diversité, chaque membre du trio distille ses ingrédients, l’unité se faisant dans le goût partagé pour la mélodie populaire.
 

MUSICA : « Nuèch Rodanesa » de Luc Aussibal enregistré cet été à l’Estivada

 RETROUVEZ VIURE AL PAIS SUR

LE SITE INTERNET de France 3 Midi-Pyrénées
Et sur le blog de l’occitan : http://blog.france3.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/

samedi 28 juin 2014

Sortie à la Felibrejada de Vertelhac pour la journée des scolaires

Merci au Bornat du Périgord et au comité d'organisation de la Félibrée de Verteillac pour cette très agréable journée offerte aux élèves occitanistes de Dordogne.
Les élèves de 6° d'Aliénor d'Aquitaine comme ceux de Bertran de Born, ainsi que les CM2 de l'école primaire de Brantôme ont passé un bon moment aux côtés de leurs camarades des autres établissements.
Une très bonne organisation qui a permis de découvrir de nombreux vieux métiers et de bien s'amuser au concert final.
Merci...

 
 



 

lundi 23 juin 2014

Baleti a Bertran de Born

Per la segonda annada avem organisat un baleti dins lo claustre dau liceu Bertran de Born.
150 escolans d'occitan de la 6° a la claça de terminala an dançat au son de l'accordéon dau fideu Nicolas Peuch. E fuguèren quitament pas oblijats de zo far...
Aqui quauquas fotòs en esperar los films realisats per l'Agencia Culturala.

http://etablissementbertrandeborn.net/spip.php?article1669

Especiau mencion per lo Bornat que nos a ben seguit financiarament questa annada e que permet entau aus jovents d'apréner a chantar e dançar en occitan.

Los 6° sus Aubrac

Coma chada annada las claças de 6° de Bertran de Born e d'Aliénor d'Aquitània se'n van visitar l'Aubrac, lo país de la libertat coma se disset una goiata au pic de Malhabuòu !
Merceje mos collegas Cristela Lemoine e Felipe Honoré per lor ajuda dins mas diferentas aventuras pedagogicas. Mercé tanben a l'infirmiera dau collegi de Brantòsme que venguet per lo primier còp e que se mostret pro simpatica.
La galaria de fotòs :

http://etablissementbertrandeborn.net/spip.php?article1682

http://etablissementbertrandeborn.net/spip.php?article1683

dimanche 8 juin 2014

La Charte européenne pour les nuls (et par les nuls ?), par Philippe Martel, historien


Le 10 mai 2014, s’est tenu à la Bourse du Travail (à Paris, comme il se doit) un colloque solennel organisé par  la Libre Pensée.
Ceux qui se souviennent de ce qu’a été jadis la Libre Pensée pourraient s’imaginer que ce colloque entendait traiter des grandes questions qui touchent notre société aujourd’hui : la progression des inégalités, la rupture du lien social, le repli identitaire qui amène tant de nos compatriotes à se réfugier soit dans l’irrationnel du religieux dans ses variantes les plus extrêmes, soit dans un irrationnel encore plus dangereux, le vote Front National.
Ceux-là auraient tort : ce colloque n’avait d’autre objet que de lancer une grande croisade contre la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, document perçu de toute évidence comme bien plus dangereux que les activités de MM Gattaz, Barroso, Copé et Sarkozy réunis, sans parler de la famille Le Pen. Soit. Admettons. Qui donc participait à ce grand colloque, et pour dire quoi ?
  
L’ouverture avait été confiée à Françoise Morvan, auteur comme on sait du Monde comme si, dénonciation indignée du nationalisme breton par une repentie –un peu comme ces anciens maoïstes des années 70 que l’on retrouve trente ans plus tard défenseurs de la libre entreprise.
L’intervention de Françoise Morvan mobilise une rhétorique vigoureuse : pour elle, l’idée d’une ratification de la Charte par la France constitue une « forfaiture des élus et des médias », pas moins, inspirée par un « lobby ethniciste » attaché à faire éclater les Etats Nations. Mme Morvan voit là l’effet d’une « idéologie nauséabonde » (on attendrait là la référence inévitable aux « heures les plus sombres de notre histoire », mais Mme Morvan a curieusement oublié ce cliché). Son argumentation complotiste et catastrophiste n’est pas nouvelle. Elle voit dans la charte le cheval de Troie qui mènera à la ruine de la France, sous les coups de « toute une frange de droite et de gauche autour de thèmes anti républicains associant régionalisme et liberté, multiculturalisme, pureté des idiomes et haine de la France », autant de conspirateurs visant à faire éclater les Etats Nations. Mais des conspirateurs soutenus par la gauche (en fait, le PS): Jospin n’avait-il pas essayé de faire ratifier cette charte, au prix de manipulations sournoises de nature juridique (allusion au rapport Carcassonne) linguistique (allusion au rapport Cerquiglini) le tout couronné par un rapport dû à un « politicien » (Bernard Poignant) : nous donnons ici des noms que Mme Morvan juge indigne de sa dignité de citer. L’effort de ces conspirateurs, victorieusement combattus en leur temps par le Conseil Constitutionnel, a été relayé depuis par les Bonnets Rouges. Mme Morvan semble avoir compris, tout de même, que c’est leur action qui a mené le gouvernement Ayrault, n’écoutant que son courage, à s’engager assez précipitamment dans la remise au premier plan du vieux débat sur la charte. Autant d’éléments qui lui permettent d’un même mouvement de dénoncer la « forfaiture des socialistes » et les manœuvres, derrière les Bonnets Rouges, du patronat ultralibéral breton.
On a presque envie de prendre au sérieux ce discours revêtu des apparences flatteuses du progressisme (les travailleurs bretons manipulés par un lobby patronal). Sauf que le lien entre les projets de ce patronat et la défense des langues régionales est suggéré plus que démontré. Et surtout, ce qu’on lit à travers la façon dont Mme Morvan résume le propos de la Charte sonne curieusement. Certes, on y trouve la dénonciation d’un certain deux poids –deux mesures : pourquoi défendre les langues régionales et pas les dialectes (elle cite le gallo) ou les langues d’immigration ?). Là encore on a presque envie de la prendre au sérieux. Sauf qu’elle embraye sur un résumé sarcastique du rapport Cerquiglini : ne propose-t-il pas de prendre en compte des idiomes aussi pittoresques que « le bourguignon-morvandiau, l’arabe dialectal, le pwapwa, le pwaamei et autres langues de Nouvelle Calédonie ». En dehors du fait que l’on ne peut pas à la fois mentionner sur ce ton le morvandiau et l’arabe dialectal et dénoncer la non prise en compte des dialectes du français et des langues d’immigration, on sent bien quel effet est recherché par l’auteur : du morvandiau, fi donc ; et des idiomes lointains aux noms amusants, le pwapwa, mort de rire, non ? Sous les grands principes républicains, ce qui pointe ici son mufle, c’est l’éternel mépris des gens bien pour les patois imprononçables des rustres et des sauvages. Et c’est à cette prose que la Libre Pensée ouvre l’enceinte de la Bourse du Travail…

    On nous pardonnera de ne pas entrer dans le détail des interventions qui suivent ce beau prologue, dues aux représentants attitrés de divers groupes se réclamant tous de la laïcité, comme si la question des langues renvoyait à la sphère du religieux : on finit d’ailleurs par s’y perdre, au milieu d’intitulés remarquablement similaires : « Association » laïcité liberté, « comité » laïcité république », « conseil national des associations familiales laïques », « Europe et laïcité », le tout sous la houlette de l’Union Rationaliste, et, donc, de la Libre Pensée.
La plupart des discours prononcés par les représentants de ces entités reprennent en gros les mêmes thèmes :
  •  dénonciation vitupérante de la charte et de ses partisans, (notamment les socialistes), de ses auteurs (les Allemands pour les uns, le capitalisme anglo-américain pour d’autres, voire les nostalgiques d’un retour à l’Ancien Régime, pas moins).
  •  description apocalyptique des conséquences funestes de l’adoption de la Charte : on va « plaider en occitan, répondre en breton, et juger en corse » dit un certain Lahoz, « syndicaliste libre penseur ». Le fantasme d’une France où les fonctionnaires seraient obligés d’apprendre une langue locale pour être affectés dans la région où elle se parle est repris, par pratiquement tous, au mépris de la réalité aussi bien de ce que la France a retenu des dispositions de la Charte que de la réalité des pratiques linguistiques du pays.
  • référence révérencielle à une Histoire Nationale bien particulière : « Dès l’origine de la France la langue a été considérée comme une composante à part entière de la Nation », dit un certain Ramiro Riera, (Association Laïcité Liberté). Ce brave homme considère donc que c’est la langue qui fait la Nation, personne ne lui ayant signalé que le discours ordinaire récuse au contraire tout fondement ethnique au contrat national, présenté comme de nature purement politique. Mais il ne faut pas trop en demander à un « républicain » qui se réfère aux « origines » de la nation (Clovis parlait-il français ?), célèbre l’édit de Villers-Cotterêts de feu François 1er, ce jacobin incontestable, salue dûment la mémoire de l’abbé Grégoire et de Ferdinand Bruno (sic : allusion au linguiste, privé de son –t final ? Croisement avec G. Bruno, l’auteure immortelle du Tour de France de deux enfants ?. Grégoire et Barrère (sic) reviennent sous la plume de J.F. Chalot (conseil national des associations familiales laïques).

  • Sur les langues régionales elles-mêmes, on distingue plusieurs nuances entre les orateurs.
- Riera s’affiche plutôt ouvert : oui, il faut préserver les langues régionales, car elles sont un patrimoine de l’humanité. Il ajoute un peu plus loin : « ne pas modifier la Constitution n’interdit pas à la République de protéger et de promouvoir les langues régionales dans le respect de la Constitution. Il suffit pour ce faire d’une volonté politique, d’une volonté de s’affranchir des revendications identitaires et d’une volonté de ne pas se laisser dicter de l’extérieur ce que nous devons être ». Cette prose pâteuse et dont on peine à comprendre le sens exact s’achève sur une profession de foi qu’on ne peut s’empêcher de trouver aussi obscure qu’inquiétante : « la République est un dépassement de l’idée de démocratie, elle lui est bien supérieure ». Ceci ayant été dit, on n’en saura pas plus sur les modalités pratiques de cette promotion si charitablement souhaitée.
Il est vrai que pour Riera, la question est réglée depuis la loi Deixonne. Le problème est que sur ce point ses connaissances sont plus que sommaires. Pas seulement parce qu’il affuble ce pauvre diable du prénom de Joseph. Deixonne, rappelons-le, c’est Maurice. Mais au-delà de cette erreur factuelle, il y a plus grave dans la façon dont Riera décrit le contenu de cet enseignement des langues régionales : pour lui, ce sont « les collectivités locales qui le souhaitent » qui l’organisent. L’idée ne lui vient manifestement pas que c’est dans le cadre national que depuis Deixonne la question a toujours été pensée (enfin pensée… Bref...). Pire : à l’appui de cette idée que somme toute ces langues régionales sont bien servies, il avance les noms de deux institutions : le Conseil National des Langues et Cultures Régionales, remarquable par son inexistence, et un Institut privé des langues de la République (allusion sans doute à un organisme domicilié à Béziers) : bref, on ne saurait dire plus clairement que la question de ces langues relève du domaine local et du domaine privé. On y reviendra.

- D’autres partagent cette idée rassurante qu’il n’y a pas d’inconvénient à soutenir les langues régionales « comme elles le sont depuis des années », dit la représentante de l’Union rationaliste. Mais la même suggère, elle aussi en termes d’ailleurs peu clairs, que ces langues somme toute n’ont plus de réalité concrète dans les régions où elles ont été en usage, que leur apprentissage est en tout état de cause « un acte individuel, familial, qui n’engage que soi en vérité », une affaire privée, donc, là encore. Mieux, ou pire, elle dénonce ces langues comme ayant été jadis les vecteurs d’idées réactionnaires dont la République a libéré leurs locuteurs (on en conclut qu’il n’y a jamais eu de texte politique progressiste en occitan ou en breton –que les sardinières de Douarnenez n’ont donc jamais chanté l’Internationale dans cet idiome - et que par contre, il n’est pas possible de tenir en français le moindre propos réactionnaire…). Tout ça pour conclure « nous ne voulons pas que soit imposée une culture franco-française, que soient survalorisées des particularismes régionaux sélectionnés arbitrairement, que soient renforcées les inégalités sociales ». Nous peinons, une fois de plus, à saisir la cohérence de ce propos. La culture franco-française telle qu’elle fonctionne depuis des siècles, n’est-ce pas justement l’écrasement de toutes les cultures autres ? Et que vient faire ici la dénonciation des inégalités sociales ? Où l’on voit que la concession machinale de la possibilité de faire quelque chose pour ces langues recouvre en réalité une méfiance profonde à leur égard.

-JF Chalot, l’homme des associations familiales laïques,  commence quant à lui par entonner un hymne ébouriffant à la langue française, «langue des idéaux de progrès sur terre et d’égalité », la « langue qui porte en soi la raison » (on en conclut que toutes les autres langues de la planète portent en elles la folie ou la stupidité), face aux « patois des zones rurales conservatrices sous la coupe des superstitions et de la religion ». Bref, la Charte des langues régionales, dont la promotion coûterait des centaines de millions d’euros » (avec nos sous ! un peu de poujadisme pour la route…), encouragerait le séparatisme, pour ne pas dire le retour aux provinces d’Ancien Régime, le tout favorisant « une Europe des régions opposée à l’Europe des Nations ». Il nous semble avoir entendu cette formule employée par des gens qui politiquement n’étaient pas vraiment à gauche… Ce Chalot est sans doute celui qui va le plus loin dans la direction de ce qu’il faut bien appeler un nationalisme très classique.

- Ce cliché du retour aux provinces d’Ancien Régime débouchant sur l’Europe des Régions, on le retrouve chez un certain Lahoz, «syndicaliste libre-penseur » qui ne représente apparemment que lui-même dans cet aréopage : « l’Europe des régions, c’est l’Europe des paroisses de l’Ancien Régime. C’est pourquoi, nous, libres penseurs, n’oublions pas qu’il s’agit de l’Europe vaticane ». On croyait que les pangermanistes du FUEV tiraient les ficelles, à moins que ce ne soit le Grand Capital, non, finalement, c’est le Pape…
David Gozlan, secrétaire national de la Libre Pensée enfonce le clou contre la Charte européenne, comme « retour à la vieille France, celle qui dénonce la République, qui cherche à la confisquer, à la pervertir ».

- Même refrain chez J. S. Pierre, qui lui, voit déjà ressusciter «le Saint Empire Romain Germanique des Länder ».

- Pour Yves Pras, d’Europe et laïcité : « une Europe des Régions, c’est une Europe dans laquelle les patois redeviendront langue, pour ne laisser la place qu’à une langue commune infecte, qui ressemble vraiment de très loin à l’anglais. » Tout au plus accepte-t-il l’idée qu’il y ait « un enseignement optionnel d’une heure ou deux hebdomadaires, pourquoi pas ? » Pourquoi pas en effet, c’est même ce que prévoyait déjà la loi Deixonne… « Mais que l’enseignement se fasse dans une langue locale ou régionale, non ». C’est clair.

On voit bien que toutes ces interventions ont en commun un certain nombre de phobies : l’Europe est la plus évidente, mais il y aussi, quelles que soient les contorsions rhétoriques dont il s’entoure, un mépris glacé pour les patois. Et en face, une idole, la Nation, française bien sûr, et sa langue, menacées par des forces obscures, dont on a vu que selon les orateurs elles ne se confondaient pas forcément : les Allemands, le Pape, les anglo-américains… Tous de toute façon appuyés par des ennemis de l’intérieur, leurs complices.
Tout cela est revêtu, si on laisse de côté le complotisme qui sert de fonds de commerce à Françoise Morvan, d’un badigeon d’apparence progressiste : dénonciation du capital, des inégalités sociales, défense de la République et de la laïcité. Sauf que ça ne marche pas, parce que cela repose sur un échafaudage d’approximations et de raccourcis intellectuels hasardeux :

  • Il y a la dramatisation de la Charte, et l’affirmation que même si la France l’a signée a minima, la logique des choses veut qu’elle s’applique un jour dans toute sa force : d’où le tableau apocalyptique que l’on a signalé, celui d’une France où le facteur breton muté à Toulouse devrait apprendre l’occitan, où l’on ne pourrait devenir juge en Corse qu’à condition de maîtriser le corse, où des emplois seraient réservés aux seuls locuteurs de telle ou telle langue régionale.
  • Il y a l’assimilation de toute défense des langues régionales au camp, selon les cas, de la Réaction ou à celui du Grand capital : ce n’est pourtant pas la même chose. L’idée de toute façon que tout combat d’apparence culturelle pour une langue recouvre en fait un projet politique, celui de la fameuse Europe des Régions. Or on peut parfaitement vouloir un statut convenable et une présence dans l’espace public pour l’occitan sans revendiquer pour autant son imposition à qui que ce soit, et sans envisager pour les territoires où on parle occitan un statut institutionnel qui en fasse des entités politiques. Par ailleurs, imaginer que le grand capital rêve forcément d’une Europe des régions qui lui permette de contourner l’obstacle représenté par le niveau national, c’est négliger le fait que le Grand capital mondialisé a déjà suffisamment de moyens de contourner le dit obstacle pour ne pas avoir besoin de s’embarquer dans une croisade pour une Bretagne libre. Le fait qu’une fraction du patronat breton puisse jouer avec ce genre d’idées n’y change rien : que pèse ce patronat au regard des vrais maîtres du jeu, et surtout jusqu’à quel point prend-il lui-même au sérieux sa propre rhétorique ? Dans l’état actuel des choses, c’est le dialogue (musclé) avec l’Etat qui est prioritaire pour le patronat, comme toujours en France depuis bien longtemps, surtout si ce dialogue débouche sur des concessions de la part du gouvernement ; l’identité régionale attendra.
  • Sur la question des langues ou patois, il y a, on l’a vu, l’idée que tout compte fait elles ne se portent pas si mal. Il y a aussi l’idée, entrevue chez Riera, que somme toute, la langue est une affaire privée, qui n’a pas à avoir une place quelconque dans la sphère du public. Ce qui, poussé à terme, signifie tout bonnement que c’est aux familles d’assurer l’enseignement des langues régionales, et que si l’école doit s’en mêler, ce n’est pas à l’Education nationale de s’en charger, mais, au mieux, aux collectivités territoriales qui le souhaitent, ou alors, au privé. Beaucoup des orateurs célèbrent les louanges de l’article 2 de la Constitution qui fait du français la langue de la République Aucun ne signale l’article 75-1 : « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France » http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=D9110EE14179309180D2F2CE945764FA.tpdjo02v_2?idArticle=LEGIARTI000019241104&cidTexte=LEGITEXT000006071194&dateTexte=20140524.
À mon avis, ce n’est pas parce qu’ils ont compris qu’il n’avait aucune incidence pratique, mais parce que même sous la forme embryonnaire qui est la sienne, il affirme la compatibilité de l’usage d’une langue régionale et de la participation à la culture nationale. Encore le résultat d’une manœuvre sournoise des Prussiens ?

Pour dire les choses crûment : j’ai parlé de badigeon progressiste. Sous ce badigeon, et sous ces protestations amphigouriques de fidélité à la République et à la laïcité, se cache en fait un très banal nationalisme bourgeois.
Il ne faut donc pas s’étonner de trouver sous la plume de nos intervenants des apparentements bien étranges : C’est J.S Pierre, Président de la Libre Pensée qui face à « l’infamie des socialistes » porteurs en janvier de la proposition de loi constitutionnelle permettant (un jour peut-être…) la ratification de la charte, déclare ne trouver de véritable allié dans la défense de la vraie France que du côté de… Henri Guaino, quitte à ajouter « on ne manquera pas de nous dire que nous sommes en collusion avec la droite UMP. La technique de l’amalgame a ses limites ». Sans doute, sans doute. Et puis Henri Guaino, apparemment, est en délicatesse avec (ce qui reste de) l’UMP. Et puis, le personnage en lui-même est plus distrayant qu’autre chose.
Certes, certes. Mais il y a plus grave : Il n’est plus possible aujourd’hui de se contenter de crier « laïcité, laïcité » pour se voir décerner d’autorité un brevet de progressisme.
  • Pas depuis que le Front National a  commencé à reprendre à son compte le terme.
  • Pas depuis que Riposte laïque, bâti au départ sur des bases assez semblables à celles dont se réclament les organismes présents ce 10 mai à la Bourse du Travail, s’est ensuite retrouvé assez loin à droite.
On nous pardonnera de ne pas être disposé à acheter chat en poche et à faire confiance a priori à n’importe qui du moment qu’il psalmodie les mots magiques « laïcité » et « République ».
Et on voudra bien convenir que si atteinte à la laïcité il y a (et il y a, malheureusement) ce n’est pas du côté des langues qu’il faut chercher les coupables : que ces défenseurs de la laïcité s’occupent donc des dérives de certains zélateurs des grandes religions monothéistes, catholiques, protestants évangélistes, israélites, musulmans, et qu’ils nous fichent la paix.
De même qu’il ne suffit pas de crier « République, République », pour être forcément progressiste.
Tout le monde est républicain, aujourd’hui. Qu’il suffise de penser au nombre d’anciens chevènementistes, qui n’avaient que le mot de « République » à la bouche, se retrouvent aujourd’hui au FN ou très proche de lui.
La défense de la francophonie appelle les mêmes remarques.
C’est ici le moment de mentionner une des associations représentées au grand raout du 10 mai : le COURRIEL (Collectif Unitaire Républicain pour la Résistance, l’Initiative et l’Emancipation de la Langue Française –ouf.). Cette association -« progressiste » insiste-t-elle-, de défense du français face à l’avancée de l’anglais, vient de lancer une grande pétition contre la Charte.
Dans cette croisade le COURRIEL s’est associé à d’autres groupements de défense du français (un domaine dans lequel la règle semble être un foisonnement aussi intense que pour la défense de la laïcité).
Une recherche internet rapide sur ces groupements réserve quelques surprises, moyennement agréables.
Certes, nous n’oublions pas que J.S. Pierre refuse tout amalgame entre ses positions et celles de l’UMP. D. Gozlan pour sa part rejette avec la même indignation toute ressemblance avec un Front National qui lui non plus n’aime ni la Charte ni les langues régionales. L’amalgame, c’est pour les autres. Fort bien. Pas d’amalgame donc.
Ceci étant, qui trouvons-nous parmi les valeureux cosignataires de la pétition de COURRIEL ?
  •  « Avenir de la langue française », dont le président est un énarque, ancien diplomate, Albert Salon, collaborateur occasionnel du site Boulevard Voltaire, et membre éminent à ses heures perdues du Forum pour la France et du mouvement démocrate français, d’obédience gaulliste. Ce personnage a soutenu en 2002 la candidature de Chevènement avant de se rallier en 2007 à celle de Dupont-Aignan, le révolutionnaire bien connu.
  • - « Association Francophonie Avenir », représentée par Régis Ravat, membre par ailleurs d’une Alliance pour la souveraineté de la France fondée en 1997 par un aréopage où ce Ravat voisine avec Christine Boutin, Louis Aliot, Jacques Myard, autant de personnalités qu’on ne présente plus, Paul Marie Couteaux, qui en 1997 n’était à vrai dire pas encore arrivé au point où on le trouve aujourd’hui, sans oublier Pierre Hillard, un autre pourfendeur de la charte situé lui aussi assez loin à droite, Albert Salon, notre toute récente connaissance et son mouvement démocrate français. plus quelques seigneurs, au sens propre, de moindre importance, comme Michel de Poncinscatholiques pour les libertés économiques »), Pierre Pujo (Aspects de la France), sans oublier Michel de Soulages, « représentant du comte de Paris ».  
  • Passons sur « Défense de la langue française », dont le premier président fut Jean Dutourd, remplacé par la suite par Angelo Rinaldi (de l’Académie Française) qui considère le corse comme une simple langue de bergers, et qui a démissionné en 2011 quand son mouvement a décerné un prix Richelieu à Eric Zemmour, qui avait déjà eu maille à partir avec la justice pour le genre de propos que l’on devine. Rinaldi a depuis été remplacé par un autre académicien à propos duquel je en sais rien.
  •  « Droit de comprendre » (le français, s’entend), dont le secrétaire général est un certain Marc Favre d’Echallens, par ailleurs intervenant assez régulier sur Radio Courtoisie.
COURRIEL se définit comme une association progressiste, et je ne vois pas de raison de douter de la sincérité de cette profession de foi. Mais il me semble que ses animateurs auraient pu se renseigner un tout petit peu sur le pedigree de leurs nouveaux compagnons de jeu. Il me semble distinguer parmi eux des trognes bigrement inquiétantes. Maintenant, ce que j’en dis, hein ?
Pour être clair, je n’accuse nullement les divers orateurs qui se sont succédé le 10 mai d’accointances avec l’extrême droite. J’ai plutôt le sentiment (mais je me trompe peut-être) qu’il s’agit dans un certain nombre de cas de gens venus de certaine secte post-gauchiste coutumière du changement régulier de sigle, spécialiste de l’entrisme dans diverses associations, quitte d’ailleurs à en créer d’autres à côté, et dont les membres sont ordinairement reconnaissables à leur façon de se succéder à la tribune pour reprendre inlassablement, et plus ou moins habilement, les mêmes éléments de langage stéréotypés. Quoi qu’il en soit, il me semble que sur la question qui nous occupe, ils font fausse route, courent le risque de se trouver associés, bon gré mal gré, à des partenaires très peu fréquentables, et passent complètement à coté d’un certain nombre de faits fort simples.
  • Si le danger maximal pour la laïcité, la République, la cohésion de la société française était la Charte des langues régionales, ça se saurait. Il suffit d’ouvrir les journaux, les yeux et les oreilles pour trouver mille dangers bien plus pressants.
  • La Charte n’est pas l’alpha et l’oméga de toute politique de prise en compte, par la Nation française dans son ensemble, de la richesse de ses cultures, trop longtemps méprisées par ses classes dominantes, et ceux qui à gauche ne se sont pas posé assez de questions sur le sujet.
  • Même s’il peut exister, parmi ceux qui s’occupent de l’une ou l’autre des langues régionales, des personnages ou des organisations peu sympathiques, quiconque connait un peu le milieu sait bien qu’il se caractérise par une grande diversité idéologique. On y trouvera donc des gens qui peuvent considérer qu’ils n’ont pas de leçons de progressisme à recevoir des invités de la rencontre du 10 mai, quels que soient leurs mérites (car ce sont sans doute tous des hommes et des femmes honorables).

Par contre ils peuvent partager avec eux un certain nombre de convictions simples:
  • Il n’est pas question d’opposer le français et les langues régionales, mais de les associer dans le projet de la construction d’une culture française ouverte et tolérante face à une diversité qui ne serait plus perçue come une menace, mais comme une chance.
  • Face au risque d’uniformisation culturelle autour d’une forme dégradée de culture anglo-saxonne, portée par le capitalisme mondialisé, les langues régionales ne sont pas ennemies, mais alliées au français et à toutes les langues que cette uniformisation met en danger.
  • et en tout état de cause, ce risque d’uniformisation est lié à des forces et à des moyens suffisamment puissants pour pouvoir se passer du recours à quelque instrumentalisation des langues régionales que ce soit.

Voilà ce qu’un certain nombre d’entre nous auraient pu dire aux participants à la rencontre du 10 mai. Il n’est malheureusement pas certains qu’on les aurait écoutés et compris…

Colloque langue régionales, mardi 3 juin à l'assemblée nationale

Ce colloque, à l’initiative de la députée Colette Capdevielle (64), en collaboration avec les députés bretons Jean-Jacques Urvoas et Paul Molac, est une première que nous nous devons de saluer.

Le colloque s’est tenu dans la salle dite Colbert de l’Assemblée, sous un tableau qui représentait Jaurès, symbole salué par plusieurs orateurs
Deux tables-rondes étaient prévues :
- l’une sur la Charte Européenne des Langues Régionales et Minoritaires, à laquelle prirent part Jean Marie Woerhling, juriste, Ferdinand Melin Soucramenien, juriste, Jean Pierre Massias, professeur de droit public, modérateur du débat, Denis Costaouec, linguiste, Xavier North, DGLFLF (http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/), et David Grosclaude, Conseiller Régional dAquitaine.
- l’autre sur l’enseignement : David Redouté de Div Yezh (association des parents d'élèves bilingues breton / français - école publique : http://www.div-yezh.org/) et Marie Jeanne Verny (pour la FELCO http://www.felco-creo.org/ e la FLAREP http://www.flarep.com/) représentaient l'enseignement public. Ana Vari Chapalain (Diwan), Paxkal Indo (Ikastola) représentaient l’enseignement associatif. Le député Paul Molac, ancien president de Div Yezh, fut le modérateur du débat.
- Le colloque fut ouvert par C. Bartolone, président de l'Assemblée et clos par JJ Urvoas, président de la commission des lois.
 
Nous allons commencer par l’école puisque c’est sur ce point que j’avais un mandat de la FELCO et de la FLAREP.
Les représentants de l’enseignement associatif comme de l’enseignement public furent d’accord pour des exigences de qualité de la langue enseignée qui supposait une quantité suffisante de maîtres formés. Tous s’accordent sur la mission de l’école pour former de nouveaux locuteurs de nos langues écrasées par des années de monolinguisme pathologique.
Ils se sont également accordés sur le caractère ouvert et formateur de l’enseignement des langues régionales, qui séduit les familles, au-delà de l’intérêt culturel et de la création de liens transgénérationnels. L’apport du bilinguisme précoce aux capacités cognitives des enfants n’est plus à démontrer… au moins pour une part informée de la société.
Les représentants du public ont insisté pour dire la place essentielle de l’école publique pour augmenter le nombre d’enfants touchés par cet enseignement.
 D’abord pour des raisons démographiques : la majorité des enfants de France sont scolarisés à l’école publique. Si nous visons une reconquête de nos langues en société, ce sont ces enfants et leurs familles que nous devons toucher. Se contenter de répondre à la demande des familles (même s’il faut le faire, ce qui est loin d’être toujours le cas…), c’est ignorer le fait que des familles non informées ne peuvent pas demander, d’elles-mêmes, une culture reniée par des siècles de minoration. Les militants de l’enseignement public ne travaillent pas pour des gens convaincus, ils travaillent pour convaincre des gens maintenus dans l’ignorance.
Ce qui nous amène à des raisons politiques : l’école de la République a ignoré – et même réprimé – les langues de la République, pendant près de deux siècles. C’est à cette école de la République, en accord avec le nouvel article 75-1 de la Constitution (Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France), de faire vivre, maintenant, ces langues, et non pas de se reposer sur l’initiative privée ou associative, aussi héroïque soit celle-ci.
Nous avons également insisté sur les avancées récentes : les articles nouveaux de la loi Peillon, qui dans sa première version avait « oublié » les langues régionales, articles obtenus grâce à un travail intense de 6 mois, en contact avec les parlementaires, les services ministériels, dans la liaison avec 17 associations de parents et d’enseignants.
 Toutefois, des problèmes de terrain subsistent que nous avons dénoncés encore et toujours.
-inégalité de traitement entre les langues de France qui se traduit par un maillage très inégal du territoire en matière d’offre publique (sites bilingues, postes de professeurs de lycées et collèges…) et nous avons donné l’exemple, une fois de plus, des académies occitanes du Nord sinistrées.
Sur ce point, nous avons redemandé la reconnaissance du flamand et du francoprovençal par l’Éducation Nationale.
- manque de moyens, pour les postes au CAPES notamment
- manque de sérieux dans la prise en compte de la question au Ministère : 3 chargés de mission différents successifs depuis le nouveau gouvernement, et la nécessité, pour les associations de réexpliquer éternellement les mêmes choses…
 
SUR LA CHARTE
 Le débat a mis clairement sur la table les questions et les problèmes, aussi bien symboliques, que juridiques. Il n’a pas permis de savoir clairement quelles étaient les intentions du Sénat, après la belle réussite du vote à l’Assemblée Nationale.
Sur le plan juridique, les choses sont compliquées : les juristes présents n’avaient pas tous confiance en une recevabilité constitutionnelle de la Charte. D’autre part, le fait que les 39 articles signés – et non ratifiés – par la France, correspondent plus ou moins à ce qui se fait déjà, a été souligné. De même qu’il a été dit qu’une loi serait nécessaire pour accorder aux langues régionales une véritable protection qui arrête ou au moins ralentisse un processus de disparition hélas bien engagé. Il faut noter en particulier que plusieurs parlementaires semblent sur cette position.
 Sur le plan symbolique : qu’est-ce que cette France donneuse de leçons au niveau international et qui n’est pas capable d’appliquer sur son territoire la démocratie linguistique et culturelle ? Ce que David Grosclaude a ainsi résumé : certains députés présents allaient rencontrer Raoni qui défend son peuple d’Amazonie : fort bonne chose et nous sommes solidaires de cette lutte. Mais ne faudrait-il pas aussi, toutes proportions gardées, balayer devant sa porte ?
Importance plus que symbolique, soulignée par plus d’un : les débats publics que suscitent les discussions parlementaires, débats publics qui sont plus que nécessaires dans un pays où nous souffrons plus d’ignorance entretenue que de véritable hostilité de la part de la société.
 
Que dire de ce colloque ?
D’abord que c’est une première, saluée unanimement par tous les participants. Ensuite qu’il manifeste, de la part de la représentation nationale, un intérêt nouveau, dépassionné.
Il est évident que les mobilisations militantes, manifestations et contacts réguliers avec les élus, sont pour beaucoup dans cette prise de conscience nouvelle.
Pour ce qui concerne la FELCO, notre mise à jour régulière des dossiers de l’enseignement, régulièrement communiqués aux parlementaires, après des enquêtes minutieuses auprès de nos diverses académies, comme notre travail fédérateur de l’an dernier à l’occasion de la loi Peillon, nous ont posés comme interlocuteurs crédibles. Nous en voulons pour preuve le nombre de plus en plus grand d’élus qui font écho à nos courriers.
Le nombre important d’élus présents dans la salle Colbert a été aussi une preuve de cet intérêt : députés ou sénateurs, j’en ai compté une vingtaine, de tout bord, de Marc Le Fur (UMP) a André Chassaigne (PCF), en passant per Jean Lassalle (non inscrit), Paul Molac, bien sûr (apparenté UDB) et, bien sûr, un grand nombre d’élus socialistes, essentiellement bretons ou aquitains. Pardon de ne pouvoir nommer tous ces élus… Je me contente de ceux qui sont intervenus ou avec lesquels j’ai eu l’occasion d’échanger quelques mots : outre ceux déjà nommés, J. Cresta (66), J-P. Alossery (Nord) , les sénateurs G. Labazée ou F. Ispagnac (64), ou M. Blondin (29).
Il faut saluer aussi la place faite au débat avec la salle, une salle remplie de gens venus de toutes les langues régionales, et même d’autres horizons, comme Charles Conte, de la Ligue de l’Enseignement, avec lequel la FELCO entretient des liens réguliers.
De la salle sont intervenus, en plus des parlementaires, F. Maitia, president de l’OPLB, mais aussi des militants des langues régionales, comme le représentant de l’ANVT, pour la langue flamande ou une représentante du poitevin-saintongeais ou encore Tangi Louarn, délégué de Kevre Breizh, coordination des fédérations culturelles de Bretagne ou un jeune militant pour le français au Québec. Une représentante de Diwan Paris a posé la question de la place des langues régionales en dehors de leur territoire « historique », question qui faisait écho à ma remarque sur la disparition de l’enseignement public de l’occitan en région parisienne à la rentrée 2013…
 
Quelques inquiétudes ou questionnements.
Les conclusions de J.J. Urvoas portaient, entre autres, sur le lien entre décentralisation et langues régionales.
Pour la FELCO la question est – pour le moins – problématique et le récent découpage régional qui fait sortir Auvergne et Limousin des Régions occitanes n’est pas pour nous rassurer…
J’ai posé la question, hors séance, à J.J. Urvoas, du risque de désengagement de l’État… Il m'a dit qu'il n’y avait pas de risque… Certes, mais si J.J. Urvoas avait réaffirmé, en tribune, la place de nos langues comme patrimoine de la Nation et le rôle majeur de l’Etat dans leur protection et leur transmission, j’aurais été plus tranquille, et d’autres avec moi.
Je rappelle les positions de la FELCO sur le partage des compétences Etat / Collectivités : http://www.felco-creo.org/mdoc/docs/t_doc_2_20131210212609.pdf.
 
Bien sûr, ce colloque n’avait pas valeur législative. Cependant les élus présents nous ont affirmé que la réflexion bâtie leur servirait dans leur travail législateur. Des actes du colloque doivent d’ailleurs paraître...
L’initiative était le signe, plusieurs fois salué, de l’élévation du niveau des débats sur la question des langues régionales.
Ce que j’ai exprimé en disant que l’on entendait de moins en moins les pleurnicheurs (vous savez, ces élus qui ont une grand-mère qui parlait un "patois" qu’eux ne peuvent pas parler..) ou, pire, des ricaneurs (ceux qui vous parlent cassoulet ou tripoux quand vous parlez langue et culture).
Et nous avons dit que nous ne voulions plus des ricaneurs ni des pleurnicheurs, que c’est de dignité que nos langues avaient besoin. De même que nous voulions que nos questions soient de plus en plus prises au sérieux, ce qui est la tendance.
 
Compte-rendu établi par Marie-Jeanne Verny, déléguée FELCO et FLAREP au colloque.